Entreprise prospère : le courage de décider
0 7 minutes 4 mois

Les entreprises qui réussissent ont toujours derrière elles une histoire faite de choix courageux. Toute entreprise prospère a besoin de bons conseils pour pouvoir aller de l’avant et grandir. En l’absence de personnes capables de prendre des décisions, voire de prendre des risques, il n’y aura jamais de croissance. Les entreprises qui réussissent le savent.

Prendre des décisions pour l’avenir d’une entreprise

Derrière chaque entreprise prospère, il y a quelqu’un qui a pris une décision courageuse » et cette devise devrait être adoptée par tout entrepreneur. Ceux qui dirigent une entreprise savent qu’ils ont une très grande responsabilité envers eux-mêmes et envers les personnes qui dépendent de la même entreprise. D’une certaine manière, la famille, les salariés et les membres de la famille dépendent des décisions prises par ceux qui dirigent l’entreprise, qu’il s’agisse d’un individu ou d’une structure d’entreprise. Dans ce contexte, il devient important de ne pas agir par impulsion en prenant des décisions importantes, mais d’essayer de comprendre les coûts et les bénéfices qui peuvent être obtenus, afin de maximiser les profits à court, moyen et long terme.

Pour que le processus décisionnel soit fructueux, les décisions doivent être claires et précises. Certes, la phase précédant la décision peut être caractérisée par des appréciations et des doutes différents, c’est pourquoi nous recommandons l’utilisation de méthodologies spécifiques d’aide à la décision. Il existe de nombreux outils pour aider les décideurs, dans cet article nous traitons des arbres de décision pour la réussite du business

Que signifie utiliser un arbre de décision ?

Exprimer une décision commerciale dans un graphique, c’est mettre les informations dont vous disposez sous une forme qui assure une plus grande lisibilité et donc plus de clarté. C’est précisément pour cette raison que le graphique permet de bien peser le pour et le contre d’une décision et de la prendre avec plus de conscience. Aujourd’hui, créer un graphique pour tout décideur est plus facile que par le passé car il existe des logiciels disponibles qui fournissent des modèles de graphiques à remplir. De cette façon, ils deviennent simples et clairs et vous permettent d’évaluer les coûts et les gains potentiels qui découlent d’un certain investissement ou d’une stratégie commerciale différente. Les arbres de décision peuvent être appliqués à différents secteurs, par exemple ils sont largement utilisés pour réaliser des évaluations de marché, pour analyser la planification de la production, mais ils sont également largement utilisés dans les domaines médical et épidémiologique.

Le succès d’une entreprise dépend des personnes qui en font partie

C’est une constante qui continue de s’appliquer même en temps de crise et qui fait que les entreprises parviennent toujours à se démarquer sur le marché grâce à la présence d’employés qualifiés.

L’un des problèmes auxquels les entreprises sont souvent confrontées est celui de pouvoir assurer la présence des professionnels capables de distinguer l’entreprise d’une concurrence de plus en plus féroce.

Ces travailleurs, s’appuyant sur un pouvoir de négociation élevé, sont souvent courtisés par la concurrence ou, parfois, ils peuvent être tentés de se lancer seuls dans une entreprise.

Dans certains cas, les collaborateurs qui sont décisifs pour le succès de l’entreprise peuvent être fidèles à la vente d’une petite part de l’entreprise mais dans la plupart des cas cela n’est pas possible tantôt en raison de l’indisponibilité de l’entreprise et tantôt en raison de la faible prédisposition du travailleur à l’esprit d’entreprise.

Quelles sont les clauses de fidélisation des salariés ?

Ce sont essentiellement des contraintes qui s’imposent aux travailleurs les plus qualifiés ou qui détiennent des rôles clés dans l’organisation du travail pour limiter la sortie de la relation de travail.

Les instruments contractuels qui peuvent être facilement mis en œuvre sont principalement au nombre de deux : les clauses de durée minimale et l’accord de non-concurrence.

  • 1) Clauses de durée minimale :

Sont des clauses contractuelles qui régissent la durée minimale de séjour du travailleur dans l’entreprise et peuvent à leur tour être divisées en clauses qui prolongent la durée du préavis, qui pourrait par exemple être établie à 9 mois et des clauses d’une durée minimale réelle dans laquelle le travailleur s’engage, moyennant le versement des pensions par ailleurs, à ne pas se retirer de la relation pendant une certaine période, par exemple trois ans.

  • 2) L’accord de non-concurrence :

L’accord de non-concurrence, en revanche, intervient au moment de la sortie de la relation : le travailleur s’engage à ne pas exercer d’activités potentiellement concurrentes de celles exercées par l’employeur précédent.

Dans ce cas, la fonction de fidélisation est remplie sur la base de deux lignes directrices : d’une part, le travailleur est découragé de changer d’emploi, car la possibilité de réemploi serait limitée ; d’autre part, si la relation de travail est interrompue, elle garantit la possibilité que le travailleur puisse utiliser le savoir-faire acquis, ou exploiter les clients de l’employeur précédent.

Les clauses de durée minimale n’ont pas besoin de prévoir une rémunération pour le travailleur, même s’il convient de l’insérer afin de donner plus de force à la contrainte imposée au travailleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.