Développer en no-code
0 4 minutes 2 mois

L’une des approches de programmation les plus populaires aujourd’hui est le no-code. Sa facilité d’utilisation et l’étendue de ses possibilités séduisent un nombre croissant d’entreprises et de développeurs Web, notamment pour la création de POC (proof of concept) ou de MVP (minimum viable product). Cet article définit le no-code et discute de ses avantages et inconvénients. 

Tout le monde peut accéder à la programmation no-code

L’expression « no-code » vient de l’expression française « pas de code ». Elle désigne une méthode de développement de logiciels, d’un site web ou d’une interface commerciale qui ne nécessite aucune connaissance en programmation de la part de l’utilisateur. Tout ce dont il a besoin, c’est d’une compréhension approfondie des fonctionnalités qui seront utiles à son entreprise ou à son activité.

Les applications sans code fournissent à l’utilisateur une variété d’outils et de paquets prêts à l’emploi. Interfaces et widgets préfabriqués, modules de glisser-déposer pour ajouter de nouvelles fonctionnalités… l’utilisateur n’a pas besoin d’écrire une seule ligne de code. On parle de « low-code » lorsqu’un environnement sans code inclut la possibilité de modifier le code source pour créer des interfaces ou des applications personnalisées. Nous n’aimons pas le terme « no-code » car il rend difficile le démarrage sans connaissances préalables. Des connaissances de base en développement sont nécessaires pour l’architecture des applications, la personnalisation, la création de bases de données et la création de back-office.

Les avantages de no-code

Développer en no-code présente plusieurs atouts. Entre autres, la publication d’une application prend moins de temps, ce qui permet de répondre plus rapidement aux besoins existants. En automatisant les processus de travail et les tâches à faible valeur ajoutée, il améliore également l’efficacité opérationnelle de l’entreprise. L’objectif est de générer autant de valeur que possible avec le moins de ressources possible.

Grâce à cela, il convient même aux utilisateurs inexpérimentés, permettant à tout employé ou entrepreneur de transformer ses idées en réalité sans qu’un développeur professionnel ne doive servir d’intermédiaire. Cela est particulièrement bénéfique sur un marché où les développeurs qualifiés sont très demandés et donc rares. Tous les collaborateurs peuvent bénéficier d’une véritable autonomie grâce à la facilité d’accès aux outils.

Certaines limites

Pour certaines exigences de personnalisation avancées, le no-code n’est pas la meilleure solution de conception. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser un environnement (Framework) qui permet à l’utilisateur de modifier le code source et d’ajouter des commandes par lui-même.

En outre, certaines plates-formes no-code incluent des composants qui sont incompatibles avec d’autres sites web. La migration vers un autre environnement devient impossible en cas de changement ou lorsque les circonstances l’exigent.

Par ailleurs, le no-code est dépendant d’un outil qui permet de créer la plateforme. Le code source de cet outil est déterminé par la plate-forme. Si la plateforme fait faillite, vous ne pourrez pas récupérer le code source de votre application ou proposer de nouvelles fonctionnalités.

Dans tous les cas, gardez à l’esprit qu’une plateforme No Code doit être codée en amont pour pouvoir fonctionner. La demande accrue d’outils No Code représente une opportunité pour les développeurs, qui sont poussés à créer de tels outils en intégrant des langages et des processus de plus en plus puissants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *